Avertir le modérateur

vendredi, 05 août 2011

Session d’été : sevrage d’Internet et pratiques anti-addiction

Mireille Dumas vous en a parlé, Jean-Luc Delarue a invité des familles qui en ont souffert, et toute la presse est unanime : Internet est une drogue sale et dangereuse. Heureusement, nous sommes entre gens de bonne compagnie qui apprécient les drogues récréatives à base de chat qui parlent et de commentaires stupides sur Youtube... c’est pourquoi en toute humanité et empathie, voici un cours bonus, une sorte de manuel pour vous sevrer de votre drogue préférée (après la glace Cookies&Cream) pendant les vacances d'été.

Des statistiques importantes (et inventées)

98 % des internautes de plus de 16 ans ressentent le besoin d’aller sur Internet pour consulter leurs nouveaux messages e-mail/facebook/twitter toutes les 3.83 minutes exactement. Ce qui pourrait passer pour un fléau est en réalité un usage répandu depuis la nuit des temps : quid de l’homme sauvage qui allait relever ses pièges pour voir s’il avait récupéré un petit lapinou pour le repas ? Et le chatelain qui vérifiait sous les chausses de ses servantes si elles étaient disposées à forniquer entre deux épais murs de sa propriété ? Ou encore l’homme des années 80 qui ne cessait de vérifier son bac à télex pour voir s’il avait reçu un message important de Wall Street ? Ne vous inquiétez donc pas, TOUT EST NORMAL, à chaque siècle ses habitudes, dans 100 ans l’homme sera occupé à faire autre chose (à priori dans 100 ans, nous retomberons dans le cyle "homme sauvage et pièges à lapinous").

Une solution pour les zones non-couvertes de nos vacances

bobcat.jpg

(1)

Vous pensiez avoir trouvé une parade, une méthadone pour vos vacances loin de toute connexion ADSL en achetant hors de prix le dernier HTC 4G sextuple bande compatible avec tous les réseaux même ceux pas encore inventés, et même dans les pays les plus obscurs. Mais c'était sans compter un obstacle de taille : le manque d’antenne relais (sûrement dû à une pétition de vieille folle qui porte un chapeau d’aluminium).

Vous êtes ainsi dans une zone non couverte par nos micro-ondes si précieuses à notre réseau mais si haïes de tous ces hippies trop sensibles. Comment faire ? Rien de plus simple. Là où il n’y a pas d’antenne, il a donc prolifération d’animaux sauvages. Trouvez-en un, si possible mignon. Une fois capturé, découpez dans le cahier de vacances du petit qui, de toutes manières, n’a pas fait un seul exercice depuis 15 jours, des triangles de couleur afin de créer un arrière plan bicolore. Collez les triangles sur la planche de Morey, plantez-là dans le sable. Ensuite, découpez des lettres majuscules sur les couvertures de Voici, Ici Paris, ou VSD, et composez une phrase amusante. Collez là sur votre arrière plan bicolore. Enfin, posez l’animal devant cet arrière plan, et VOILA, vous venez de créer un mème. Etendez l’exercice en proposant à vos amis de créer eux-même des phrases amusantes sur votre mème-morey, en rapport avec l’animal capturé, et vous venez de créer un morceau d’Internet (la différence ne se voit pas à l’oeil nu).

Si cela ne suffit pas, alors il va falloir se lancer dans l’étape suivante : observez autour de vous. Des groupes de personnes semblent discuter... approchez-vous d’eux. Si vous êtes dans le désert de Gobi, approchez-vous de ces scorpions, plus ils sont gros, moins ils sont venimeux, ne vous inquiétez pas. Une fois que vous êtes suffisamment proche du groupe socialisant, ravissez-les d’un “PLUS UN !” ou encore “FIRST !” voire d’un “LOL TROP VRAI”. Il se peut que les gens se tournent vers vous à ce moment là ou qu’un scorpion tente de vous planter son dard dans l’orteil. Pas de panique, une réponse simple à faire à leurs regards lourd de réprimande : “Si vous aimez pas, vous avez qu’à aller voir ailleurs !”. Ceci est un grand classique d’Internet qui a de très grandes chances de vous attirer l’approbation en société.

Vous ne constatez aucune amélioration ? Mieux vaut décrocher ce scorpion de votre pied et aspirer le venin - mes sources entomologiques proviennent essentiellement de Wikipédia et je ne suis pas certain de cette histoire de taille au final. Éloignez-vous, et savourez cet instant typiquement Internet.

like.jpg

(2)

 

 

 

Si jamais c’est plus grave que prévu

Si au bout de quelques jours sans connexion, vous ne ressentez aucun besoin de vérifier vos notifications, si lire les tweet-clashs ou découvrir de nouveaux tumblr ne vous semble plus essentiel, si vous pouvez répondre à une question sans consulter Google, alors DEPECHEZ-VOUS, courez immédiatement vers l’ordinateur le plus proche, IL NE FAUT PAS LAISSER LE MONDE REEL PRENDRE LE DESSUS, vous avez fait TROP D’EFFORTS pour abandonner et revenir au statut de votre maman sur Facebook (cf cours précédent).

Entrez-dans une bibliothèque, un bibliobus, ou même une pizzeria, et CONNECTEZ-VOUS, c’est IMPORTANT. Certes il y a des menaces graves pour votre santé, mais être en retard sur ce qui se passe sur Internet est bien plus grave que tout ce qui peut vous arriver physiquement, ne traitez pas l’information à la légère, votre collègue pourrait vous dire “OLD” quand vous lui enverrez une vidéo qui date de fin Juillet, et il aurait raison.

Sur ce, bonnes vacances à tous.

piscine.jpg

(3)

---

(1) Via SailorsGrave

(2) Via Fairenoughfoster

(3) Via Acolossalbear

17:03 Publié dans Introduction à l'Internet | Lien permanent | Commentaires (11) | |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu