Avertir le modérateur

vendredi, 22 avril 2011

Les parasites d’Internet

Sales pique-assiettes dénués d’un quelconque talent sinon celui de céder à leurs bas instincts arrivistes, les parasites d’Internet se sont reproduits à la vitesse des morpions. Qui sont-ils ? Que nous veulent-ils ? Comment leur asmater la gueule ?

§1 – Définition & exemples

a) Une définition objective

Le parasite d'Internet, que tout semble désigner comme une nouvelle race d'acarien (physique balourd, cervelle microscopique...), est un pillard apparu grâce au web 2.0. Sa naissance fut engendrée par une question : "comment réussir en s'investissant le moins possible ?".

Si les content farms - i.e. ces sites boursouflés de petits articles ultra nuls et chargés de pirater les recherches Google afin d'engendrer un max de pognon - sont bien des parasites d'Internet, nous allons surtout nous intéresser ici aux agrégateurs de contenus  (= les entreprises qui traquent les informations mises en ligne un peu partout pour les regrouper sur un seul site : le leur) et aux écornifleurs qui s'approprient les créations d'autres personnes.

Pourquoi chercher à lutter contre les parasites d'Internet, me direz-vous ? Parce que le parasite, telle une tatane ayant marché dans une matière fécale, finit par laisser sa trace un peu partout et force alors les internautes à zigzaguer sur les trottoirs de l'information pour ne pas marcher dedans à leur tour. Y’a de quoi être fatigué.

b) Des exemples concrets

Pour ce qui est des agrégateurs de contenus, nombreux sont ceux qui vont stocker des articles / produits disponibles sur d'autres sites sans y apporter quoique ce soit. Leur but est de vous faire venir sur leur site nazebroque pour ensuite cliquer sur le lien qui vous intéresse vraiment.

Une petite liste non-exhaustive (1) :

Deux points à noter : petit 1° - certains vont pousser le vice jusqu'à brouiller les pistes : URL en bas de l'article et en tout petit, nom de l'auteur quasi-invisible si on ne prend pas le temps de lire chaque octet, etc. petit 2° - Les agrégateurs de flux type Reader ou Netvibes ne sauraient être rangés dans cette catégorie, puisqu'il est un outil mis à la disposition des internautes, qui vont pouvoir créer leur page pour y ranger les flux RSS de leur choix avec liens directs vers l'article source.

Les pillards à la petite semaine sont par exemple :

- Des webzines qui vont copier-coller en intégralité un article disponible sur un autre site sous couvert de "visibilité pour l'auteur" ou autre prétexte fallacieux (= appelée technique du cross-posting).

- Des types qui reprennent une vidéo à succès sur YouTube en y ajoutant leur logo repoussant.

- Ceux qui utilisent un visuel ne leur appartenant pas mais qui prennent le temps d'apposer le nom de leur site dessus.

banksy-crayolashooter-copy.jpg

Photo d'une oeuvre de Banksy prise par l'actrice Lauren Conrad et postée sur son twitter, puis utilisée par le site Jet-Set Graffiti.

§2 – Une quête désespérée pour 15 minutes de gloire

a) La perpétuelle recherche de succès

La motivation principale du parasite, mis-à-part l'argent et le sexe bien entendu, est le désir de reconnaissance. Bis repetita placent : à l'ère des starlettes faciles et de la multiplication des centres d'information, la télévision et Internet ont flingué notre bon sens. Nous vivons dans l'illusion qu'un jour nous aurons enfin droit à nos 15 minutes de célébrité. Nous voulons être vus, être connus et être aimés. Nous voulons voir notre nom ou notre pseudo se propager, accéder à la notoriété, dans un monde où les statistiques et le nombre de clics sont devenus le nouveau moyen de se mesurer la verge.

De fait, certains internautes ne supportent plus leur anonymat et sont prêts à n'importe quoi pour se faire remarquer.

b) L’amalgame trouveur / créateur

Le terme de "trouveur" est désormais employé avec sarcasme sur les réseaux sociaux. Mais que représente-t-il exactement ? Incapable de lancer son propre agrégateur de contenu, inexpérimenté en Wordpress et éternel absent de l'option Arts Pla de la Terminale, le parasite a déniché un bon moyen de se voir attribuer quelques mérites : en revendiquant la paternité d'un lien.

netiquette2 copie.jpg

Ah. (2)

Chaque jour que le Dieu de l'Internet fait, un quidam râle dans l'immensité du web que quelqu'un a utilisé son lien sans le citer. Ce qu'il oublie de préciser, c'est que lui-même n'est souvent pas tombé sur ladite URL par hasard, mais qu'importe : il est le trouveur, celui par qui le lien est arrivé, et tous ceux qui le postent sans vergogne sont des enfants de putain à défaut de pouvoir être légalement poursuivis.

§3 – Quelles solutions envisager ?

a) Le cas Le Tag Parfait

Les auteurs du site Le Tag Parfait ont récemment réalisé une entourloupette des plus fameuses. Il y a un peu plus d'une semaine, le blogueur Aymeric (ou Emery ? Bref, son nom n'a pas d'importance) - qui a régulièrement recours au cross-posting pour alimenter son site - a linké directement chacune des illustrations du Tag Parfait en plus de leur papier. Le malheureux, qui ne s'embarrasse pas des bonnes manières, a alors ri jaune en voyant que le Tag Parfait avait remplacé ses images par ceci :

 

parasite.jpg

Apparemment c'est Emery.

Quelque peu humilié mais pas abattu, le blogueur a fini par revenir à la raison et poster un simple extrait + lien vers le site d'origine.

b) Le watermarkage, issue opportune ?

Estampiller toute oeuvre de l'esprit est impossible, mais est-ce seulement une bonne idée ? Watermarker ses photographies peut apparaître comme une solution, mais rappelons que l'intérêt premier d'Internet est la propagation des informations et des idées. Si les usurpateurs, détrousseurs et vieilles sangsues nous gâchent parfois le plaisir, le "tout-contrôle" irait à l'encontre de l'essence même du médium, et il ne s'agit pas de tomber dans l'excès inverse. La meilleure solution reste donc de leur souhaiter une bonne chiasse (3).

--

(1) Liste établie grâce à l'extension de Chrome, "Personal Blocklist", qui permet d'éjecter certains sites des résultats Google.

(2) L'exemple cité était une parodie de comportement de trouveurs.

(3) © Clim.

13:03 Publié dans Introduction à l'Internet | Lien permanent | Commentaires (31) | |  Facebook

jeudi, 14 avril 2011

Internet est-il athée ?

Je crois en beaucoup de choses. Je crois au bon gin. Je crois aux cerisiers en fleurs. Je crois aux vertus de l’indifférence. Je crois au rock’n’roll. Je crois en la littérature pour enfants. Je ne crois pas en vous, mais que voulez-vous, tout homme connaît sa part de déception dans l’existence. Mais je crois aussi à ma chute quand, au moment de l’assoupissement, les muscles de ma jambe se réveillent dans un violent soubresaut. Alors bon, autant dire qu’à l’instar de St Thomas, je suis du genre agnostique. Cette précision est offerte gratuitement à tous ceux qui se monteraient le bourrichon sur mes croyances personnelles.

§1 – Internet VS Les bigots

Internet n’est pas le premier endroit où les bigots et les athées peuvent débattre à coup de joutes verbales. La différence avec les autres médias, c’est que les athéistes semblent s’exprimer de plus en plus ouvertement, à tel point qu’on peut se demander s’ils ne constituent pas la majorité sur Internet (1).

A – Internet avant tout anticlérical

Dans un univers où la quête de sens est un non-sens, les critiques envers les idéologies religieuses vont bon train. L’exemple le plus récent est peut-être ce tweet de JapanPhotos publié après que le tsunami a frappé le Japon en mars dernier.

 

political-pictures-japan-tsunami-christian-aid.jpg

"N'envoyez pas d'argent aux organisations caritatives chrétiennes pour le tremblement de terre au Japon. Nous avons besoin de couvertures et de nourriture, pas de colis contenant des bibles et de la propagande fondamentaliste."

 

Il ne s'agit pas tant d'un recul de la religion, comme l'affirment certaines études, qu'un vif refus de tout ingérence religieuse dans d'autres sphères que la vie privée. La remarque de JapanPhotos a ému une bonne partie des internautes, qui l'ont relayée sur quantité de sites, tumblr, et autres comptes twitter (2). A tel point que certains, plus virulents, ont été jusqu'à critiquer toute personne appelant à prier pour les victimes du tremblement de terre.

B – Légendes urbaines & incohérences débusquées

Mais comme Internet ne sait rester sérieux cinq minutes, il a décidé que le meilleur moyen de pourfendre "l'ennemi" serait encore l'humour. C'est ainsi qu'un nouveau mème est né, Advice God ("Dieu-conseil") :

 

advicegod.jpg

CONDAMNER LE SEXE PAR LE CUCUL.

PLACER LES TROUS DU CUCUL EXTREMEMENT PRES DES PARTIES GENITALES.

 

Advice God - qui dispose de plusieurs pages sur quickmeme - vise à tourner Dieu en dérision en mettant le doigt sur ses paradoxes. Quand l'absurdité de la religion devient trop absurde pour Internet lui-même, on obtient une arme sacrément efficace contre le créationnisme. Faut-il y voir un sale coup de la part des athées ? Après tout, "la gravité est le bonheur des imbéciles" disait Montesquieu (qui admettait par-là être un fervent dévot du second degré), et les chrétiens peuvent aussi rire devant des oeuvres blasphématoires.

Il arrive toutefois que les arguments des cul-bénits soient fallacieux au point de tendre le bâton pour se faire battre. Ainsi, l'affirmation "Jésus t'aimera inconditionnellement dès lors que tu l'accepteras dans ton coeur" est devenue un mème verbal : "Amour inconditionnel. Sous conditions" ("Unconditional love. With conditions.").

Les blâmes les plus acerbes se font surtout vis-à-vis des légendes urbaines énoncées à tour de bras sur les forums : la plus connue est l'histoire d'Albert Einstein qui, étudiant, aurait humilié un professeur athée en lui prouvant l'existence de Dieu (3). Le biologiste Richard Dawkins rapporte également dans son livre Pour en finir avec Dieu (éd. Robert Laffont, 2008, p. 311) le fameux sophisme sur Beethoven présenté sous forme de dialogue entre deux médecins, et qui fait les choux gras des "pro-vie" :

"A propos de cette interruption de grossesse, je veux votre avis. Le père était syphilitique, et la mère tuberculeuse. Des quatre enfants qui sont nés, le premier était aveugle, le deuxième est mort, le troisième était sourd-muet, le quatrième était en plus tuberculeux. Qu'auriez-vous fait ?

- J'aurais fait une interruption de grossesse.

- Alors vous auriez assassiné Beethoven".

(le nombre d'enfants et les maladies divergeant selon les sites).

Mais les athées peuvent aussi faire preuve de mauvaise foi, et ne sont pas les derniers à avoir recours aux citations apocryphes. C'est par exemple le cas de quelques posts de There Is No God (cf la citation de L. Ron Hubbard, fondateur de l'église de Scientologie, qui aurait tout aussi bien pu être prononcée par Charles Manson).

§2 – Vers un Internet humaniste

Et si, avant même d'être athée, Internet était humaniste ?

A – Dignité humaine > religion

Contrairement à ce qu’une poignée d’inadaptés et fanatiques argueront, Internet n’est pas une niche de blasés. C’est même tout le contraire : Internet milite pour la mort de la bêtise crasse. Il ne s’agit pas de dire «vous êtes croyants donc vous êtes cons» mais bien «si vous vous revendiquez croyants, alors sachez au moins de quoi vous parlez». Internet n’est donc pas tant antireligieux qu’antidemeurés.

Les deux meilleurs exemples seraient issus de Facebook (4) :

 

verse.jpg

"L'homosexualité est un pêché, Lacey, et c'est écrit noir sur blanc dans la Bible.

"Pareil pour le fait de ne pas considérer son corps comme un temple. Et les femmes devraient avoir leur tête couverte. Et dans le Deutéronome, un mariage n'est valide que si la femme est vierge, et elle doit être exécutée si elle ne l'est pas... et quiconque commet l'adultère doit être lapidé. Dans l'Evangile selon Marc, le divorce est interdit. Je suppose que pour l'homosexualité, tu te réfères à au chapitre 18 verset 6 du Lévitique* : "Tu ne coucheras pas avec un homme comme on couche avec une femme. C'est une abomination.". Un verset similaire apparait deux chapitres plus loin : "L'homme qui couche avec un homme comme on couche avec une femme : c'est une abomination qu'ils ont tous deux commise, ils devront mourir, leur sang retombera sur eux. ". Le Lévitique est un code sacré rédigé il y a 3000 ans. Il comprend aussi des interdictions contre les coupes au bol, les tatouages, le fait de travailler le jour du seigneur (...) Tu es libre d'avoir ta propre interprétation de la Bible bien sûr, mais pour moi, j'ai besoin d'un peu plus que du "La Bible le dit" pour expliquer certaines choses dans ce monde, et naturellement pour les juger."

 

*Il s'agit en réalité du verset 22.

Et :

 

ezekiel.jpg

"Si vous voulez une bonne citation à mettre sur Facebook, regardez simplement dans la Bible :)

"Elle a multiplié ses prostitutions, En pensant aux jours de sa jeunesse, Lorsqu'elle se prostituait au pays d'Égypte. Elle s'est enflammée pour des impudiques, Dont la chair était comme celle des ânes, Et l'approche comme celle des chevaux. Exekiel chapitre 23 versets 19-20"

 

Ces deux réponses imputées à des utilisateurs de Facebook montre D'ABORD l'affirmation de la dignité humaine comme fondement de toute valeur ET AUSSI que la vérité se trouve dans l'esprit critique et non dans un livre saint. Autrement dit, l'homme n'a jamais tiré ses principes moraux de la Bible, mais bien de sa conscience du bien et du mal. Heureusement pour nous, sinon nous n'aurions jamais connu Pamela Anderson.

Tout ça pour dire : Internet ne nie pas l'existence de Dieu, ni celle de la stupidité humaine infinie (cf Albert Einstein, pour le coup).

B - L’internaute, un être qui s’est fait tout seul ?

Une autre théorie voudrait que l'internaute soit devenu athée au fur et à mesure qu'il a appris à maîtriser les nouvelles technologies. La faute à Spinoza qui pensait qu'à défaut de véritables connaissances scientifiques l'homme se réfugiait dans "la volonté de Dieu, cet asile de l'ignorance".

 

agod.jpg

LA FAMILLE PESTE A PROPOS D'INTERNET. REDEMARRER LE ROUTEUR.

UN DIEU

 

Conclusion : Dire qu'Internet est athée, cela reviendrait à dire que celui qui ne possède pas d'iPhone est forcément croyant.

--

(1) Voir en ce sens la page Reddit consacrée à l’athéisme.

(2) Nous l'avons notamment vu sur le site que vous avez tous dans vos marque-pages, ICanHasCheezburger, qui y a vu une séparation entre l'Eglise et les organisations humanitaires.

(3) L'anecdote intégrale (et tirée par les cheveux) est publiée ici. A noter qu'il m'a été donné l'occasion de la lire sur le tumblr d'Hayley Williams, chanteuse du groupe de rock chrétien Paramore.

(4) Rien ne dit qu'ils ont vraiment existé, mais cela ne change pas le propos.

17:04 Publié dans Théorie de l'Internet | Lien permanent | Commentaires (20) | |  Facebook

jeudi, 07 avril 2011

Les tics de langage sur Internet

Ce cours fait suite à la toute première heure que nous avons passée ensemble dans les vapeurs éructées de champagne début janvier. Il peut donc être vu comme un approfondissement de la section 1.2. du polycopié du 4 janvier. Point de leçon harangueuse toutefois, puisque de la même façon que nous connaissons tous une personne avec un tatouage d’étoiles, nous avons tous versés dans les tics de langage de l’Internet. Retour sur les plus courants d'entre eux.

§1 – Les locutions disparues

TU SORS : Grand classique des forums jusqu’en 2004, où il était écrit en réponse à une vanne nulle. Devant la popularité de la phrase, les smileys hilares avec une pancarte « TU SORS » furent créés (1). La locution décéda finalement dans l’indifférence générale, rejeté par les nouveaux arrivants sur Internet, jeunes et faiblards (tu sors ne pouvant de toute façon pas s’écrire en langage SMS).

 

tumblr_lizo12XDjC1qdu8imo1_500.jpg

Allégorie du XPDR (1999-2003)

 

XPDR : «Explosé de rire». L’acronyme est le seul à ne pas avoir survécu : mdr, ptdr & autres sont tous encore plus ou moins utilisés dans l’Internet courant. Certains auteurs ont avancé l’hypothèse qu’XPDR a disparu au profit d’ «enkuler de rire» (2).

PO : Pour «pas». Exemple : "je ne sais po" ou "t'es po bien dans ta tête toi". A définitivement quitté la sphère de l’écrit pour le monde de l’oral en 2008 avec la sortie au cinéma du film Bienvenue chez les chtis.

§2 – Les termes éculés jusqu’à l’os, suite.

BON OK, JE SORS : né après le « tu sors », il est communément employé par les internautes lucides quant à leur capacité à être lourd. Problème: anticiper une blague pouet ne permet pas d’éviter la blague pouet, et le terme a fini par devenir lui-même une blague pouet (et un peu lourde).

WTF : le terme WTF («what the fuck» que l’on pourrait traduire par «qu’est-ce que c’est que ce bordel?») est courant, mais est de plus en plus utilisé pour n’importe quoi («WTF un rôti de veau sans oignons!»). Attention à l’overdose.

COINCIDENCE ? JE NE PENSE PAS : La célèbre phrase apocryphe est imputée à Paul Newman, qui lors d’une conférence sur un campus américain, aurait dit : «24 heures dans une journée. 24 bières dans un pack. Coïncidence ? Je ne pense pas» (« 24hours in a day, 24 beers in a case. Coincidence ? I think not»). C’était il y a quatre bonnes années. Entretemps, la blagounette fut utilisée de-ci de-là sur Internet, avant de débarquer en France avec le fameux «Les terroristes ont deux yeux. Les pandas ont deux yeux. Coïncidence ? Je ne pense pas» («Terrorists have two eyes, Pandas have two eyes. Coincidence ? I think not»). Depuis, c’est la foire aux coïncidences qui n’en sont pas et plus personne ne sourit à la vue de l’expression. Il est temps de l’enterrer.

BISOUS : Peut-on vraiment dire que «bisous.» à la fin d’une phrase – même un tantinet sarcastique – soit répréhensible ? Ne participe-t-il pas, dans une moindre mesure, à la bonne humeur des sites communautaires? Si tout le monde appuyait ses paroles d’un «bisous.», avec le florilège de personnes premier degré qui il y a sur Terre, la vie serait plus douce. Le terme n’est pas agaçant en soi, mais mieux vaut veiller à ce qu’il soit employé à bon escient, et non systématiquement à la fin de chaque remarque désagréable. N'est donc pas tout-à-fait arrivé jusqu'à l'os.

TRUE STORY : Le dernier en date, que j’affectionne presqu’autant que le «bisous.». Il est généralement apposé à la fin d’une anecdote surprenante. Victime de son succès, «true story.» tend à être placé tant que faire se peut : «Un jour j’ai mangé 500 grs de coquillettes. True story.» ou «Le chat vient de faire caca sur la moquette sans une once de remords. True story.». Les astrologues les plus compétents du pays lui prédisent le même avenir que le «ou pas.».

§3 – Les expressions qui se la pètent.

 

tumblr_lhbuwcB1rO1qaaowno1_500.jpg

 

HEU… HEIN : Très usité dans les commentaires. Le «heu… hein.» vient corriger une erreur et rétablir une vérité, avec une condescendance non feinte. Par exemple : «heu… Christine Boutin n’a pas toujours été auburn, hein.» dans un article qui mentionnerait la couleur des cheveux de la présidente du parti chrétien-démocrate ; «heu… les gens ne dansaient pas la tecktonik à l’époque de Montaigne, hein.», pour une plaisanterie à propos de Montaigne fana de la tecktonik, etc.

DIFFAMATION : Fait partie de ces termes que les paranoïaques, les susceptibles et les bouffis d’orgueil choient avec vigueur sans en connaître le sens. Pour les juristes du dimanche, la diffamation est partout : vous venez de le comparer à un babouin sans cul ? Diffamation ! Vous avez osé dire qu’il avait un faciès de mucus solidifié? Diffamation! Vous avez cité son nom dans un recueil de poésie érotique? Diffamation ! Souvent, celui qui connaît si bien ses droits vous livrera l’article 29 alinéa 1 de la loi de la presse du 29 juillet 1881. De quoi nous donner une bonne marrade.

Enfin, sur la sellette, nous pouvons placer les "fausses orthographes" : toussa, nesspa, poulay, toutafé... à privilégier entre amis (mail) plutôt qu'en public (powerpoint).

--

(1) Dont certains avec une orthographe douteuse, que vous pouvez récupérer ici.

(2) Enkuler de rire est un mème issu du forum de Gamekult.

17:56 Publié dans Introduction à l'Internet | Lien permanent | Commentaires (33) | |  Facebook

vendredi, 01 avril 2011

Echantillon des pages Wikipedia les plus abracadabrantes

Pour réaliser ce cours, ingrats que vous êtes - impatients que la cloche sonne le glas pour aller vous noyer dans les vapeurs éthyliques du week-end où vous passerez vos soirées à répéter en boucle un discours ennuyeux comme le slip de François Hollande (car c’est ce que font les gens saouls) -, pour réaliser ce cours, donc, j’ai du plonger mes pauvres yeux innocents dans l’antre de Wikipedia. Et autant vous dire que c’est une des choses les plus désagréables que j’ai jamais eues à faire de toute ma carrière.

 

2072668958.gif

Mais c'est vendredi ! Vendredi ! Vendredi !

LA PAGE WIKIPEDIA QUI FAIT SOURIRE

Fucking, Autriche : L'équivalent autrichien de Montcuq dans le Lot, de Chatte dans l'Isère, ou de Duranus dans les Alpes-Maritimes.

LES PAGES WIKIPEDIA DES MEILLEURS PHENOMENES ETRANGES

La cabine téléphonique du désert Mojave: Plantée au milieu de nulle part, en plein désert Mojave (qui se situe lui-même entre le Nevada et la Californie), cette cabine téléphonique a été installée dans les années 60 à plusieurs kilomètres de toute habitation et a suscité l'intérêt de nombreuses personnes avant de disparaître en 2000. Elle a même inspirée l'artiste Sophie Calle en 2006.

Le Bloop: Ce son d'ultra-basse fréquence super puissant entendu dans l'Océan Pacifique durant l'été 1997 n'a toujours pas été expliqué par les biologistes et autres scientifiques... gros poulpe, machine perdue ou activité extraterrestre ?

Le syndrome de Charles Bonnet: Touchant des personnes saines d'esprit, ledit syndrome a pour particularité de provoquer des hallucinations "lilliputiennes" (tout paraît beaucoup plus petit qu'en réalité).

La peste dansante de 1518 (dancing plague of 1518): A Strasbourg, en 1518, plus de 400 personnes se seraient retrouvées à danser sans répit, et pendant plus d'un mois. Les pauvres hystériques finissaient par mourir d'épuisement, d'arrêt cardiaque ou de congestion cérébrale. Aujourd'hui, on en ferait une télé-réalité.

L'accident du Dyatlov Pass: En février 1959, un groupe de randonneurs est découvert mort dans les montagnes russes. Tous sont à moitié déshabillés. Si certains sont bien morts d'hypothermie (saviez-vous que 25% des décés par hypothermie sont causés par le "déshabillement paradoxal"?), d'autres sont... tout simplement morts. Et l'une des participantes n'avaient plus de langue. Et leur tente a été retrouvée éventrée de l'intérieur. Et...

LES PAGES WIKIPEDIA QUI NECESSITENT UN COPIER/COLLER

Hexakosioihexekontahexaphobia : Relativement connu depuis que Le Point en a parlé dans un numéro de 2010. L'Hexakosioihexekontahexaphobie est la peur du chiffre 666, qui est défini dans la Bible comme le chiffre de la Bête, alias Satan, alias l'Antéchrist. Ce qui n'a pas de sens: pourquoi Avril Lavigne aurait un chiffre attitré ? A la rigueur, un numéro fétiche ou porte-bonheur... et encore, pourquoi faire ?

Donaudampfschiffahrtselektrizitätenhauptbetriebswerkbauun... :  Le mot le plus long de la langue allemande, avec 79 lettres, et qui se réfère à l'Association des officiers subalternes à la direction du siège social des services électriques du bâteau à vapeur du Danube. Voilà.

LES PAGES WIKIPEDIA DES PLUS BADASSES

Jack Churchill : Jack Churchill s'est battu avec un arc et des flêches pendant la seconde guerre mondiale. C'est tout ce que vous devez savoir.

Wojtek, l'ours soldat : Adopté en Iran par des soldats polonais, l'ours brun devenu mascotte a fini soldat à son tour, transportant sur son dos les caisses de munitions (on raconte aussi qu'il picolait sévère).

Nils Olav : Dans le même genre, Sir Nils Olav est un manchot royal norvégien devenu colonel puis anobli par la Garde Royale en Ecosse. Et dire que sa maîtresse pensait qu'il finirait éplucheur de patates.

LES PAGES WIKIPEDIA FOURRE-TOUT

Unusual articles : En anglais uniquement, le Wikipedia français n'ayant malheureusement pas de page similaire. Regroupe tous les articles originaux disponibles sur le Wikipedia anglophone, dans toutes les matières ou presque.

Les mauvaises blagues et absurdités supprimées de Wikipedia : Mon préféré. Toutes les blagues (i.e. faits imaginaires & mensongers) rédigées par les internautes sur le site communautaire. Comme on pouvait s'en douter, les sections concernent les poissons d'avril des six dernières années.

J'ai fait volontairement l'impasse sur les pages wikipedia effrayantes (je pense notamment au "Meurtre Hello Kitty") sur les serial killers & co, et vous ne serez pas pénalisés si vous en parlez, mais pensez aux âmes sensibles. Pour le reste, vous êtes libres de nous faire partager vos pages Wiki préférées.

14:33 Publié dans Bases de la didactique du lol | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu