Avertir le modérateur

jeudi, 24 février 2011

De la signification de la webstar

Voici de quoi nous n’allons pas parler : nous n’allons pas parler des gens qui entretiennent un succès préexistant grâce à Internet (ex : feu Gary Coleman, la femme d’Ice T), ni des personnalités qui s’auto-qualifient de «blogueur pro», ni du vieux serveur web pour Mac OS. Nous ne parlerons pas non plus des cocktails indonésiens du même nom fait à partir de rhum de mauvaise qualité (vendredi soir, si tu me lis, sache que je te conspue).

I – Le statut incertain de la webstar

Je n'ai pas de chapeau à introduire ici.

A – Une définition absconse

Qu’est-ce qu’une webstar ? A priori tout le monde peut appréhender le terme : il s’agit d’une personne connue sur le web et grâce au web. Mais si en théorie il peut s’appliquer à toute personne oeuvrant sur Internet, l’acception désigne avant tout les blogueurs – tous genres confondus (BD, mode, jeux video, etc.). La webstar est, à l’origine, une personne qui va partager sa sensibilité et son savoir sur Internet, et qui va en tirer une certaine renommée.

C’est là que ça devient complexe : à partir de quand le statut de star est-il établi avec certitude ? Comment mesure-t-on la célébrité d’une personne ? Quels sont les éléments déterminants ? 200, 2000 ou 40 000 visiteurs uniques / jour ? Même si c'était le cas, comment le savoir ? L’expérience montre que le nombre de commentaires n’a aucun rapport avec le nombre de visiteurs (le blogueur peut en effet répondre à chacun, faisant alors gonfler le nombre global de commentaires) et que le nombre d’invitations aux soirées sponso est un indice d'influence peu fiable.

Un test facilement réalisable chez vous : prenez une personne de votre entourage, n’importe laquelle, et faites lui une liste de 10 personnes que vous considérez comme «webstars» : au final, combien en connait-elle? Dans la majorité des cas, la webstar est l’équivalent de ce groupe de rock indé au nom obscur que Pitchfork vous vend comme un groupe culte. Le terme de micro-célébrité est peut-être plus adapté... Présentons les choses autrement: ici bas, nous sommes tous la webstar de quelqu'un. Voici la mienne:

 

tumblr_lfxfc9Mns81qbxl9po1_1280.jpg

 

 

Attribuer à un individu le statut de webstar, cela revient à dire que n'importe quel second rôle de Battlestar Galactica est une star parce que la série TV a occupé toutes vos soirées depuis juillet. Le statut de webstar est relatif: à chaque nébuleuse son système de valeurs et de représentations, et donc à chaque communauté sa webstar. L’aspect communautaire est primordial: la webstar, en se rapprochant de nos centres d'intérêts et préoccupations, nous fait nous sentir moins seuls.

B – Une personnalité floue

Si l’identité de la webstar est connue, sa véritable personnalité échappe en réalité à la plupart de ses fans. Dès lors qu’elle se verra conférer ledit statut, un rôle particulier lui sera assigné. L’importance de sa présence sur le web est validée tant qu’elle est encadrée et qu’elle répond à des normes implicites. Ce qui signifie qu’à l’instant où la webstar agira de façon surprenante et inattendue, une partie de ses adeptes seront déçus. Etre déçu par une micro-célébrité est alors – comme pour toutes les célébrités – monnaie courante puisqu’elle est souvent enfermée dans un schéma imaginaire.

C’est une situation fichtrement moche.

La seule certitude que nous avons est que la (web)star est un humain. Comme tous les humains, sa personnalité n’est pas figée: un personne réelle change, s’adapte, se construit, elle revient sur ce qu’elle a dit ou essaye différentes choses au cours de son existence. Ca ne relève pas d’une quelconque préméditation, ni d’une volonté consciente. Par exemple, j’en veux à Luc Besson d’avoir contribué, avec sa boîte de productions, au patrimoine français des navets (= évolution de la personnalité absente), mais pas d’avoir réalisé le film d’animation Arthur et les minimoys (= possibilité d’évolution). De la même façon, j’en veux aux webstars de vendre leur espace de liberté et de créativité en pondant des billets sponsorisés (= absence d’évolution de la personnalité) mais je n’en veux pas aux webstars de changer leur ligne éditoriale (= renouveau). On peut regretter « la bonne époque » ou trouver ça dommage, mais en vouloir à l’individu, c’est s’interdire soi-même tout changement ou toute variation de style. Qui voudrait s’imposer ça? Personne ne voudrait s’imposer ça.

« Les cultures tout comme les personnalités sont des continuums qui ne cessent de changer et qui, comme telles, se développent, constituent de nouveaux modèles de réponse et éliminent les anciens selon des processus qui leur sont propres » disait Ralph Linton (Le fondement culturel de la personnalité, p 108, éd. Dunod). Est-ce que le vieux briscard essayerait de nous dire que la webstar est alors vouée à disparaître?

II – Un mythe créé de toutes pièces

On savait déjà que LonelyGirl15 était une jolie invention marketing aussi authentique qu’une chanson de Plastic Bertrand. Mais peu importe sa raison d'être: la webstar est toujours une pure création de l’esprit.

A – Une histoire humaine

Nous venons de le voir, définir la webstar est un processus pénible comme un discours de dictateur. Ce que nous pouvons dire avec quasi-certitude en revanche, c’est que nombreuses sont les webstars qui ont construit leur empire sur l’art du récit (1). La popularité d’un blogueur, bédé, mode ou autres, va se créer en fonction de sa capacité à raconter sa propre histoire, à faire de son quotidien morne une épopée fantastique. Un tel feuilleton va captiver le lecteur pour plusieurs raisons.

RAISON N°1 : LE REVE

Edgar Morin, dans son livre Le Cinéma ou l’Homme Imaginaire, écrivait que dans les salles de cinéma, le public, comme pris d’hallucinations, se projetait sur l’écran et se laissait transporter dans le corps des stars. Le processus est le même sur Internet. Les vieux réac’ persuadés que la modernité allait nous éloigner du monde des rêves auraient donc mieux fait d’écrire de nouvelles bibles. La webstar participe à la mémoire et à la création et en ce sens, ses productions sont les vecteurs de nos rêves. Poésie.

RAISON N°2 : L’IDENTIFICATION

A tous ceux qui reprochent aux webstars d’être nombrilistes du fait de la mise en scène de leur propre existence: le nombriliste, c’est vous. Quand Thom Yorke de Radiohead chante «I wish I was special, so fucking special, but I’m a creep, I’m a weirdo ; what the hell I am doing here, I don’t belong here » et bla bla, tout le monde est d’accord pour dire qu’il parle à notre moi dépressif. Est-ce que pour autant, les gens veulent déchiqueter la jugulaire de Thom Yorke parce qu’il geint sur sa condition? Non, TOUT LE MONDE CRIE AU GENIE. Et la webstar est comme n'importe quelle tête d'affiche: elle renvoie au public une image de lui-même.

B – La recherche d’idoles

D’après Henri Bergson, l’Univers serait une machine à faire des Dieux. Bon, il n’a pas été le seul à émettre cette idée, mais c’est lui qui l’a le mieux exprimée. L’homme a besoin de sacré, de mythes, et d’idoles. Les raisons divergent entre Max Weber, Emile Durkheim et Danièle Hervieu-Léger (2), mais ce n’est pas ce qui nous importe ici. Ce qui nous importe ici, c’est de savoir comment cette idéalisation va être perçue, aussi bien du côté de la webstar que du côté du spectateur.

RISQUE N°1 : LE PERSONAL BRANDING

La webstar se prend vraiment pour une webstar (elle reçoit deux mails par semaine), ouvre sa page de fans sur Facebook, name-droppe à tour de bras, et devient l’esclave de sa pseudo-célébrité. Elle se considère comme sa propre marque et parce qu'elle a bien compris que son public sur Internet était extensible, elle va se vendre sans relâche. C'est ce qu'on appelle le personal branding. A lire absolument pour approfondir le sujet : une journée avec Sam Vedette.

RISQUE N°2 : LE SYNDROME « AMERICAN DREAM ON THE INTERNETS »

Le spectateur, quant à lui, peut nourrir le désir d’être un jour lui-même une webstar. En voyant quotidiennement des individus next-door réussir sur Internet, il est en droit d’espérer être reconnu à son tour. Nous nous sommes faits une raison : jamais nous ne deviendront les prochaines stars du top 50, et jamais nous habiterons Hollywood. Mais il nous reste un espoir: nous sommes tous des webstars potentielles.

 

tumblr_lf5inmp5Tm1qdyafto1_500.jpg

 

La webstar répond donc à un besoin de l'internaute. En entrant régulièrement en contact avec ses fidèles, une habitude se crée. Ce qui explique probablement pourquoi, même si on n'aime plus la webstar, on se surprend à toujours aller voir ce qu'elle fait - comportement semblable à celui que nous adoptons vis-à-vis de la série How I Met Your Mother.

Et c'est pour toutes ces raisons que la webstar, aussi obscure & intangible soit-elle, est condamnée à exister. Voilà.

--

(1) Storytelling saison 1 : Chroniques du monde contemporain, par Christian Salmon, éd. Les Prairies Ordinaires.

(2) Elvis est vivant ! de Gabriel Sergé, éd. Les Cahiers du Rock

12:21 Publié dans Théorie de l'Internet | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Facebook

Commentaires

[...] (ex : feu Gary Coleman, la femme d’Ice T)

Gary Coleman était marié à Ice T ?!? (faut de tout pour faire un monde et autres paroles connues)

Écrit par : Thomas | jeudi, 24 février 2011

Merci infiniment. J'ai lu cet article pleine de sensibilités. Je crois ce papier alimentera des discussions et chacun trouvera en tout cas son compte quant à la signification de ''webstar''. En ce qui me concerne, plus d'ambiguité, j'ai été bien édifié.
Bravo à la mamelle qui m'a si bien nourrit par cet article.

Écrit par : Mathieu IYAGHA | jeudi, 24 février 2011

J'ai rien compris. Pourquoi ce chien porte les lunettes de Bruce Willis?

Écrit par : ben | jeudi, 24 février 2011

Mathieu,

Oui, c'est bien vu et sensible : "Élève qui mérite le succès." ...aurait écris mon frangin. :-)

Écrit par : Sicotine | vendredi, 25 février 2011

...aurait écrit [...]

Écrit par : Sicotine | vendredi, 25 février 2011

Il y a eu le cosmochien aussi, mais il a fait une sorte de flop... dommage Elianne.

Écrit par : jean louis | vendredi, 25 février 2011

Webstars? Tout ce qui est concernée par les memes et buzz et autres Internet fads ou web fads ou web trends, tendances et propagation bouches à oreilles copies collages et partages de liens etc.
Webstar "pluriel" = les "anonymous", dont la plupart portent ou se représentent avec le masque de Guy Fawkes de V for Vendetta.
Webstar sans le vouloir = Rick Astley et autres rick roll...
Webstar actuel que je préfère= Troll face ou cool face, il porte divers noms...

Écrit par : ffilou6 | vendredi, 25 février 2011

Une, ou un webstar, ça peut finir en sex-symbol, comme l'a chanté Diane Dufresne, je réfléchie...

Écrit par : Sicotine | samedi, 26 février 2011

, je réfléchis...

Écrit par : Sicotine | samedi, 26 février 2011

Je ne vois qu'un webstar: Mickael Vendetta ! Il est LA webstar du moment! D'autant plus que c'est actuellement la seule personne qui s'est constitué une image par le net, pour le net et qui perdure au travers de ce dernier. Au fond, il n'est identifiable qu'à son "pseudo-buzz" monté de toutes pièces sur internet. Au fond, la webstar se caractérise par la virtualité de sa présence; notamment dans le quotidien virtuel des gens... Faire durer l'éphémérité de sa personne sur le net, c'est donc cela qu'être une "webstar" !

Écrit par : Gérard Sopo | mardi, 01 mars 2011

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu